Liberté Huby
Crowdfunding

L’émergence du crowdfunding

[mark style=”paragraph” color=””]Connaissez-vous l’histoire de la finance participative? Penchons-nous sur les premiers pas du crowdfunding avant même qu’Internet n’existe. [/mark]


[dropcap style=”light” color=””]A[/dropcap]lors qu’un Français sur quatre dit connaitre le crowdfunding en 2015, il s’agit d’une pratique qui a émergé il y a peu. En effet, Ulule, qui revendique être la première plateforme de financement participatif européenne a seulement vu le jour en 2010. Mais il faut remonter bien avant pour retrouver les prémisses de ce mode de financement. On peut dater les premières actions de financement communautaire à partir du XVIIIe siècle. Celles-ci interviennent dans le domaine caritatif.

[mark style=”paragraph” color=””]L’un des premiers et des plus célèbres exemples est celui de la statue de la liberté. Ce projet colossal a nécessité une collecte de fonds gigantesques en 1875. La statue fut offerte aux États-Unis pour la commémoration du centenaire de la déclaration d’indépendance, elle symbolisera l’amitié franco-américaine. Pour cela, une immense campagne de financement fut mise en place: ce sont les dons qui lancèrent le projet. Tous les moyens de l’époque furent mis à disposition pour encourager l’initiative : articles de presse, événements sportifs, banquets, produits dérivés à l’effigie du monument… De plus, la noble cause entraîna la participation d’entreprises, d’associations, de chambres de commerce et autres conseils généraux ; au final le montant rassemblé pour financer le projet fut d’1 million de francs de l’époque. Sans le savoir Edouard de Laboulaye avait eu recours au « crowdfunding ».[/mark]

[mark style=”paragraph” color=””]Si l’exemple de la statue de la liberté est une exception avant-gardiste, les premiers projets ayant donné l’impulsion à cette nouvelle pratique ont d’abord été artistiques, et plus particulièrement concentrés dans le domaine de la musique et du cinéma.Un soir de 1958, le réalisateur John Cassavetes assiste à une émission de radio au cours de laquelle il fait part de son désir de produire un film libre, sans contraintes ni comptes à rendre : “Pledge a movie that resembles you” a-t-il clamé. Il réussit à financer le premier succès de sa carrière, « Shadows ».[/mark]

[mark style=”paragraph” color=””]Autre exemple plus récent: en 1997, quand le terme crowdfunding n’avait pas encore été inventé et que l’accès à internet n’était pas encore populaire, le groupe de Rock Anglais « Marillon » a eu recours à ce mode de financement. A court d’argent pour financer une tournée en Amérique du nord, la bande a contacté par e-mail l’ensemble de ses fans en leur proposant d’acheter leur prochain album par avance. Suite à cela, 12000 précommandes du futur album, ont permis de lever 36000£ pour financer leurs projets.[/mark]

[mark style=”paragraph” color=””]L’exemple qui est selon nous le plus probant restera tout de même celui de la première campagne présidentielle de Barack Obama. Une partie de celle-ci fut financée par des dons. De la même manière que les plateformes de financement actuelles, un site a été élaboré pour convaincre et récolter des fonds. Résultat: contrairement à son rival, il n’a pas manqué de financement au cours de la campagne! Une première dans le monde de la politique qui porte en elle de fortes valeurs collectives et sociales. D’autant plus que la campagne n’a pas été financée uniquement par de gigantesques industries ou des lobbies, comme il en est coutume selon les rumeurs. Ce sont de petits donateurs qui ont financé à deux tiers cette campagne, avec un don moyen de 60$. Cette méthode a non seulement permis de lever plus de fonds que nécessaire, mais elle a surtout encouragé l’implication des citoyens dans la vie politique de leur pays et les a uni à une cause commune. La proximité établie entre les électeurs et leur candidat fut donc bien supérieure à toute autre technique de communication. On peut imaginer que, sans ce mode de financement participatif,  il n’y aurait peut être jamais eu de président afro-américain aux États-Unis.[/mark]

[mark style=”paragraph” color=””]Aujourd’hui, ce sont les start-ups qui ont recours au crowdfunding pour financer, promouvoir et tester leurs innovations. Le financement participatif à l’avantage de mettre à l’épreuve n’importe quel projet. Le succès d’une campagne va permettre de mesurer la capacité d’une équipe à réunir une communauté et à mesurer l’intérêt qu’il peut y avoir autour d’une innovation. Mais c’est aussi un des meilleurs moyens pour faire parler de son produit à moindre coût. On remercie donc ces plateformes qui permettent de financer des produits innovants et qui contribuent à hisser la France sur le podium des pays les plus innovants du monde ![/mark]

Related Posts